Le recyclage textile

Aujourd'hui, en France, mais aussi partout dans le monde, le recyclage textile est encore trop peu développé et méconnu. Afin de limiter au maximum le gaspillage textile, il est possible de déposer nos vieux vêtements dans des bornes de collecte prévues à cet effet, disposées dans les rues de toutes les villes françaises. Souvent méconnues, ces bornes sont pourtant très utiles pour intercepter ces déchets textiles, afin de pouvoir soit leur donner une seconde vie soit les transformer en matériau isolant très performant.

La société FabBRICK a pour objectif de démontrer la viabilité d’une recherche, menée par Clarisse Merlet, et débutée en 2016 sur les bancs de l'école, sur le développement d’une brique, pour construire et isoler, en textile recyclé, en la traduisant en architecture.

Textile recyclé
recyclage textile
jeans recyclés
matériau textile recyclé
Matériau recyclé

Textile recyclé, un bon isolant

Le coton

Le coton est une matière émanant de pays sous-développés ou en voie de développement. Pour une veste européenne, le coton a été produit en Ouzbékistan, filé en Turquie, tissé à Taïwan, le tissu imprimé en France, la veste assemblée en Bulgarie pour enfin être vendue en Allemagne. Il faut 5260 L d’eau pour produire un kilo de coton. Pour sa culture, beaucoup de pesticides sont répandus dans les champs. Pour son blanchiment, des produits chimiques sont utilisés tel que le chlore. Et sa teinture, quant à elle, requiert l’utilisation de métaux lourds, comme du plomb. Enfin, pour un t-shirt en coton, de la culture de ce dernier à la vente du vêtement, 25 000 L d’eau sont nécessaires et cela émet 5,2 Kg de CO2, autant que 27 km en avion. Lors de son achat, un vêtement en coton a alors déjà un lourd impact carbone sur la planète. Le textile est la deuxième industrie la plus polluante, après le pétrole. Il est alors intéressant de le recycler sur place, une fois usé, afin de lui donner une seconde vie, tout en limitant de nouvelles pollutions.


Le coton en lui même a de bonnes caractéristiques pour la construction, et donc l’architecture, puisqu’il est très isolant, en acoustique et en thermique. De plus il est durable, car sa fibre ne se délite pas. Et c’est un matériau sain, car il n’irrite pas la peau ou ne crée pas d’allergie.


En France 700 millions de vêtements en coton sont vendus, ce qui représente11 Kg par habitant. Tandis que seulement 195 millions sont recyclés.


Aujourd'hui, la société FabBRICK prend alors position face à cette pollution et cette matière qu’il faut valoriser en réduisant la matière grise qu’il produit, dans sa seconde vie.

Recyclage textile industriel

Le recyclage du textile en France ne concerne que 50 % des habitants. Contrairement au verre, plastique et carton, qui eux, sont très recyclés, les Français ne pensent pas encore assez à recycler leurs vêtements. Ces déchets sont alors une réelle ressource. 195 000 tonnes de vêtements sont recyclés par an mais seulement 60 % du textile recyclé est ré-utilisable tel quel.


Pourtant, il existe de nombreux centres de tris textile qui couvrent l’Hexagone, tel que Le Relais, Emmaüs ou des entreprises telle que Gebetex, premier partenaire de la société FabBRICK lorsque celle-ci était à l'état de projet. Grâce à leurs collectes ou leurs conteneurs disposés un peu partout dans les villes, ils peuvent récolter jusqu’à 12 000 tonnes de vêtements par an.

 

Une part des collectes de tous ces organismes, est revendue aux friperies pour le circuit de la seconde-main. Une partie est transformée en chiffon. Une autre est transformée en feutre isolant. Pour cette dernière partie, l’effilochage de la matière se passe parfois en Inde, car cette transformation est encore trop peu développée et trop coûteuse sur note territoire, alors qu’elle est réalisée pour être ré-utilisée en France. La matière fait donc un aller-retour. Ce qui alourdit encore une fois l’impact carbone du coton. C’est cette matière qu’il serait alors intéressant de récupérer, ici, directement en France, pour l’inscrire dans une économie circulaire. Il s’agit alors, pour FabBRICK, de mettre au point un matériau écologique, à base de textile recyclé, qui nécessite peu de transformation, pour que la production puisse rester en France et à faible coût.

Juin 2018, Extrait du mémoire de recherche

"FabBRICK 2, Générer de l’architecture avec des déchets textiles"

écrit par Clarisse Merlet